Le Work Truck Show à Indianapolis – Place aux camions qui travaillent dur

Présenté depuis 19 ans au cœur de l’Amérique industrielle, le Work Truck Show d’Indianapolis se distingue des autres expositions ou salons dédiés à l’industrie du camionnage. Ici, les manufacturiers de camions moyens et lourds, qui prennent habituellement toute la place dans les salons plus « classiques », sont relégués au rang d’un exposant parmi tant d’autres. Le vaste plancher d’exposition du centre de convention d’Indianapolis accueille ainsi une gamme plus variée d’exposants d’équipements, tous dédiés au camion de travail vocationnel.

La 19e édition du Work Truck Show aura été un grand succès, selon les organisateurs. Plus de 14 000 visiteurs (un record) sont venus voir les produits offerts par plus de 500 exposants, dans un immense hall d’exposition d’un demi-million de pieds carrés. La particularité qui fait le succès du Work Truck Show ? Alors que la plupart des expositions de l’industrie du camionnage s’adressent à un public de transport général autoroutier, le WTS vise plutôt à présenter tout ce qui se fait de nouveau dans l’industrie du camion vocationnel. Et on y retrouve de tout pour les camions de travail, du pick-up jusqu’au plus gros vocationnel classe 8.

« Chaque année au Work Truck Show, les principaux manufacturiers de camions, composantes et équipements vocationnels se rejoignent à Indianapolis pour présenter leurs nouveaux produits et partager les nouveautés à venir » soulignait Steve Carey, président de l’Association américaine d’équipements de transport, la NTEA. « Avec les principaux joueurs sur place, le Work Truck Show est le meilleur endroit pour prendre le pouls de la communauté du véhicule commercial et trouver les équipements et les formations dont vous avez besoin pour améliorer vos opérations. »

Bennes de camion et produits connexes, grues, nacelles et systèmes de levage, fourgons spécialisés et systèmes d’aménagements de véhicules-outils, pompes et prises de force, bref, tout ce dont a besoin un camion dont le but premier n’est pas de livrer de la marchandise, mais bien d’effectuer un travail.

Par ailleurs, le Work Truck Show est aussi combiné au Green Truck Summit, une vaste conférence sur les carburants de remplacement et les solutions vertes pour réduire les émissions polluantes de l’industrie du camion de travail. Aucune surprise ici, le Green Truck Summit a largement fait place cette année aux avancées dans le développement de solutions 100% électriques, dont nous avons parlé dans un article spécifique.

Camions légers

S’il y a un salon où les fabricants de camions légers se livrent un solide combat, c’est bien le Work Truck Show. Le plancher d’exposition occupé par les Ford, Ram, GMC et autres, témoignent bien de cette lutte à finir. Ford y est allé fort, cette année, avec le dévoilement du nouveau F-600, un croisement entre sa gamme Super Duty et ses camions poids moyen. Le constructeur de camions a aussi annoncé les principales nouveautés apportées à sa fourgonnette Transit, notamment une motorisation 4×4 tant attendue.

Ram, de son côté, a dévoilé la version Tradesman de ses pickups robustes 2500, 3500, 4500 et 5500. Doté d’un moteur Cummins de 1000 livres de couple et d’une capacité de remorquage assez impressionnante de 35 100 livres, le Ram Tradesman confirme, avec l’arrivée en décembre dernier du CV chez International, que les fortes capacités de charge et de remorquage sont devenues un véritable champ de bataille pour les constructeurs de camions légers, de moins en moins légers.

Du côté des manufacturiers de camions

Même s’ils n’occupent pas tout l’espace au Work Truck Show, les fabricants de camions lourds y étaient présents, et en ont profité pour faire des annonces plus spécifiques pour ce segment de marché.

International a annoncé le lancement d’un programme pour faciliter la collaboration entre les concessionnaires, les fabricants d’équipements (appelés sous le vocable anglais TEM, pour Truck Equipment Manufacturer), et les ingénieurs d’International. Le constructeur a assigné à chacun des TEM un ingénieur spécifique pour solutionner les problématiques liées aux spécifications nécessaires pour l’installation d’équipements et carrosseries.

Mack a pour sa part présenté les bénéfices du système de mise à jour et reprogrammation de l’électronique de ses camions par systèmes sans fil. Selon Mack, l’économie en temps et argent de ces programmations de paramètres à distance est impressionnante. Plus de 350 clients Mack ont adopté ce système, qui permet de reprogrammer l’ensemble de l’électronique du camion sans devoir se rendre chez le concessionnaire. L’opération, qui prend environ 20 minutes, aurait permis à ces clients d’éviter un total 1900 jours de perte de temps. Mack a donc annoncé qu’elle offrait un forfait pour 50 reprogrammations et mises-à-jour à un prix fixe, pour inciter sa clientèle à l’adopter.

Peterbilt, de son côté, annonçait au WTS la disponibilité du système d’assistance à la conduite Bendix Wingman Fusion sur ses camions poids moyen 348 et 337, par ailleurs fabriqués ici, au Québec. Le système intègre les technologies radar et caméra pour éviter les collisions, en plus d’incorporer l’avertissement de sortie de voie. Peterbilt a aussi annoncé l’ajout du système de diagnostic à distance SmartLINQ à ses modèles 348, 337, 330 et 325, qui permet de maximiser le temps productif.

Chez Mitsubishi Fuso, même si l’attention était fortement dirigée vers le eCanter électrique, le manufacturier japonais du groupe Daimler annonçait la disponibilité d’un nouveau moteur à essence pour ses camions FE180. Selon le vice-président aux ventes et opérations de Fuso en Amérique du Nord, Bill Lyons, le moteur à essence redevient la nouvelle norme pour le marché du camion poids moyen classe 5. La simplicité du moteur à essence, l’absence de filtre à particules et de catalyseur à l’urée que l’on retrouve dans les moteurs diesel, expliquent selon lui ce regain d’intérêt pour le moteur à essence.

Isuzu a fait un pas dans le même sens, en annonçant l’arrivée prochaine de deux nouveaux camions à essence, le NQR de 17950 lb de PNB, et le NRR, de 19500 lb de PNB. Dotés d’un moteur GM V8 Vortec de 6 litres et couplé à une transmission Allison 1000 RDS avec prise de force, ces deux camions entreront en production l’an prochain.

Par Claude Boucher

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité