Si vous trouviez que les routes n’étaient pas belles en 2019, le pire est à venir!

L’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec tire la sonnette d’alarme depuis des années : la perte d’expertise au MTQ coûte cher au Québec, et maintenant, elle est passée à un autre niveau, elle menace la sécurité du public ainsi que la viabilité économique de la province.

Le MTQ n’arrive pas à maintenir l’état du réseau routier, le réseau se détériore d’année en année depuis 2015. C’est le Comité d’experts indépendants, créé en réponse à la recommandation no.3 de La commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (CEIC), communément appelé la « commission Charbonneau », qui arrive à ce constat. En effet, nous apprenons dans le plus récent rapport de ce comité que :

« Le comité est donc porté à conclure que le ministère n’est pas en position d’effectuer annuellement un volume suffisant de travaux d’entretien et de réparations pour empêcher que l’état du réseau routier et des structures ne se détériore dans les prochaines années. »

« Malheureusement, les données fournies par le ministère au comité sur l’état actuel et prévu du réseau routier et des structures sont inquiétantes. »

Il est d’autant plus alarmant que le déficit d’entretien exclue l’état des ponceaux :

« Il faut ici noter que les données plus haut n’incluent pas le déficit de maintien d’actifs associé au parc de plus de 61 000 ponceaux de moins de 3 mètres sous la responsabilité du ministère. Des incidents récents associés à la défaillance de telles structures ont causé des affaissements de chaussée. Le ministère estime par ailleurs qu’environ 17% de ces structures sont en mauvais état. »

L’affaissement d’un ponceau sur l’autoroute 25 qui a nécessité la fermeture de l’autoroute pendant plusieurs mois en 2017 nous rappelle leur importance.

La détérioration continue de nos infrastructures routières à court et moyen terme, jumelé avec les coupures récentes dans les budgets de surveillance des travaux et des inspections de structures au MTQ, laisse présager le pire.

Compte tenu des milliards investis par les québécois et québécoises, la situation actuelle est inacceptable. Ceux-ci sont en droit de s’attendre à ce que les routes ne se détériorent pas davantage et même plus.

Une augmentation de la capacité organisationnelle et des ressources financières du MTQ est donc nécessaire pour assurer la réalisation d’un volume de travaux permettant d’atteindre les cibles du plan stratégique. L’augmentation de la capacité organisationnelle passera nécessairement par l’embauche d’ingénieurs d’expérience et possédant une solide expertise, ce qui permettra d’assurer le renforcement du savoir-faire requis à l’interne pour mener à bien sa mission.

Source

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité