Lutte à la dégradation des routes et protection des chaussées

Les Entreprises Bourget, de St-Paul-de-Joliette, presse le monde municipal d’opter pour une solution mitoyenne efficace et durable en matière de lutte à la dégradation des routes et de protection des chaussées

Joliette, le 4 septembre 2019 – « La meilleure approche de prévention pour retarder, voire même stopper, la détérioration des chaussées existantes est le recours systématique au traitement de surface, à titre de moyen d’entretien préventif ». C’est la formule de compromis idéale qu’a proposée aujourd’hui le président de Les Entreprises Bourget, de St- Paul-de-Joliette, face à la menace de la dégradation persistante de plusieurs routes à achalandage moyen sous la responsabilité, particulièrement, des plus petites municipalités du Québec. Monsieur Delangis a souligné qu’il était encore temps en ce début septembre de procéder avec succès à divers blitz de travaux urgents, en raison des conditions climatiques encore favorables.

Affirmant que le traitement de surface était une approche d’entretien préventif idéale, monsieur Delangis a cité en exemple les cas de l’Ontario et le Nouveau-Brunswick, ainsi que de nombreux états américains, qui ont opté depuis des lunes pour cette technologie qui a fait la démonstration hors de tout doute de sa pertinence qui participe, comme valeur ajoutée, à maximiser les investissements publics affectés à l’entretien des routes. À raison de plus, d’ajouter le président de Les Entreprises Bourget que ce procédé offre le meilleur rapport qualité prix, tout en garantissant le recours à des méthodes de réparation ultérieure plus efficaces et beaucoup plus économiques aussi.

« Utilisant des émulsions à base de bitume et des agrégats concassés, le traitement de surface est une solution très intéressante pour le revêtement des routes rurales, des accotements et des pistes cyclables, en particulier » a ajouté monsieur Delangis en stipulant qu’avec une préparation et des fondations granulaires adéquates, la durée de vie du traitement de surface est largement comparable à celle qu’offre l’asphalte conventionnel. Au surplus, d’ajouter le président de Les Entreprises Bourget, la technique du traitement de surface peut simplement prolonger la durée de vie d’une route d’asphalte qui oscille, elle, entre environ 15 à 20 ans. « Un traitement de surface en couche d’usure supplémentaire, assorti de l’utilisation d’un scellant aux cinq ans, par exemple, va préserver l’intégrité de l’infrastructure tout en prolongeant la vie utile d’une route ou d’une voie d’accès » a poursuivi Luc Delangis.

Il a stipulé que, dans cette conjoncture, il se passerait beaucoup de temps avant qu’une intervention majeure ne soit requise. En cela, ce dernier a rappelé qu’en Ontario, comme ailleurs en Amérique du Nord, il est historiquement convenu qu’un dollar investi dans en entretien préventif dans le cycle de vie de la chaussée peut faire économiser plus de cinq dollars dans l’avenir.

Réalisé sur place, le procédé et l’opération étant réalisés à froid réduit considérablement l’empreinte environnementale du revêtement, sans les gaz à effet de serre (GES) que produisent les activités d’enrobage à chaud. D’exécution rapide, cette technique offre la vertu d’éviter la fermeture de routes ou de sections de routes sur de longues périodes; ce qui permet, en prime, de ne pas affecter la circulation. Outre la protection de l’actif, l’un des nombreux avantages démontrés du traitement de surface est le rendu d’une chaussé à l’apparence d’un nouveau pavage asphalté pour autant que l’on procède à l’application d’un scellant bitumineux protecteur à la toute fin des travaux.

Pour monsieur Delangis, il est encore temps que le monde municipal, et même le ministère des Transports du Québec réagissent immédiatement à ce chapitre, les invitant en cela à imiter le gouvernement de l’Ontario qui a investi avec succès, bon an mal an, des dizaines de millions de dollars dans ce type de revêtement pour économiser cinq fois plus en bout de piste.

Source

Voir toutes les nouvelles du transport

 

Publicité