Investir sur l’humain

« Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise : sa réputation et ses hommes. » – Henry Ford, Industriel et fondateur du constructeur automobile Ford (1863 – 1947)

Encore aujourd’hui, cette citation reste indéniable. Les entreprises doivent investir sur le côté humain pour évoluer et réussir.

De passage à Expocam en septembre dernier, nous ne pouvions que constater à quel point la main-d’œuvre et les relations humaines sont indispensables au maintien et à la croissance des entreprises. Sur toutes les lèvres se dessinaient les mêmes paroles : « Ça fait du bien de sortir et d’enfin revoir du monde, de reconnecter avec des clients et amis. »; mais également : « La pénurie de main-d’œuvre demeure la principale inquiétude, nous manquons de monde. »

Réseautage

Les entreprises ont besoin de sortir et de se rencontrer, le réseautage doit être une priorité pour développer notre industrie. Non seulement pour prendre un verre ou jouer au golf, mais bien pour réellement faire sa place et se démarquer. À l’ère des courriels, textos, profiles LinkedIn et autres réseaux sociaux, les gens se font bombarder de messages « importants » souvent très impersonnels provenant de représentants souhaitant entrer en contact pour développer leur clientèle et vendre leurs produits. Est-ce bien la meilleure façon de faire? Ne serait-il pas le temps de revoir nos communications et de peut-être prendre le temps de revenir à des contacts plus humains?

Prenons le temps de parler avec les autres entrepreneurs, de connaître leurs enjeux, leurs objectifs et même les solutions qu’ils ont développées pour pallier à certains problèmes. Plusieurs seraient surpris de constater que bien des solutions existent déjà et qu’avec un réseau, il est plus facile de suggérer des collaborations. Peut-être connaissez-vous quelqu’un qui a la solution au problème d’un autre et en les mettant en contact vous offrirez à l’un comme à l’autre des bénéfices. Vous n’aurez peut-être pas offert vos produits et services, mais vous aurez gagné l’estime de ces deux entrepreneurs.

Pénurie de main-d’œuvre

Ces mêmes échanges pourraient aider à cette pénurie de main-d’œuvre. En discutant avec les gens lors du salon, j’ai eu la chance d’apprendre que certains développaient des technologies qui permettront à des équipes plus restreintes d’exécuter leur travail efficacement et de façon sécuritaire. J’ai aussi entendu des gens déplorer les frais qu’engendre cette pénurie qui, en passant, était déjà bien présente avant la pandémie. Oui, l’augmentation des salaires reste l’argument de choix pour les entreprises qui peuvent se le permettre, mais les autres sont confrontées à une augmentation des coûts d’exploitation qui les empêchent de pouvoir en offrir plus. Plusieurs ne peuvent se permettre de passer la facture à leurs clients qui iront vers les plus grandes entreprises ou même vers des services à l’extérieur du Québec. Alors comment les petites et moyennes entreprises québécoises peuvent s’en sortir?

J’aimerais avoir la réponse absolue… mais ce n’est pas le cas. Cela dit, je crois sincèrement qu’investir dans nos relations d’affaires, développer des partenariats et découvrir les services des PME québécoises peut nous aider à retravailler nos budgets et ainsi offrir de meilleures conditions aux employés.

Espérant pouvoir discuter avec vous lors du Salon du Camion lourd de Québec, saisissez cette chance de réseautage

Par Anne Carrier, présidente-éditrice

Lire l’édition octobre 2021

Voir toutes les nouvelles du transport

Publicité